Nintendo Switch : mes attentes concernant cette console hybride

Les jeux de votre console de salon, dans votre poche. C’est un souhait ayant déjà été réalisé autrefois par la PSP, proposant des jeux de qualité équivalente à ceux de la PlayStation 2. Nintendo pousse le concept encore plus loin : une seule machine à acheter, jeux à n’acheter qu’en un seul exemplaire, la même expérience sur le téléviseur ou en déplacement. À prix attractif, celle qu’on appelait autrefois Nintendo NX pourrait bien s’imposer durablement sur le marché. Néanmoins, j’ai quelques attentes particulières à son égard.

Proposer une console intéressante sur le papier, c’est bien. Proposer une console réellement pratique, c’est mieux, et pour cela, Nintendo doit s’adapter aux normes actuelles du marché, et ce dans différents domaines.
Notez que cet article a été rédigé le 03 novembre 2016 et que, peu de temps après, voire pendant son écriture, Nintendo pourrait avoir donné plus d’informations sur certains points.

Nintendo NX, la console de salon pratix

Le concept même de de cette console est génial, comme montré dans la vidéo ci-dessus. Dans cette même vidéo, on peut voir différents joueurs arriver sur le lieu d’un tournoi organisé sur le jeu Splatoon. Si Nintendo n’a pas fait n’importe quoi avec sa vidéo de présentation, ceci nous montre que le dock et la tablette sont totalement indépendants. Ainsi, vous pouvez débarquer chez un ami qui possède la Nintendo Switch, mettre votre console dans son dock, et lui montrer sur son téléviseur le jeu dématérialisé que vous avez acheté, ou encore votre progression dans un jeu. Mieux encore, il serait alors possible, si un jour le dock est disponible séparément ou si un accessoiriste quelconque commercialise un dock de remplacement, d’en acheter un second pour pouvoir aisément transporter la console d’un écran à un autre (du salon à la chambre, par exemple) sans avoir à chipoter avec des câbles comme on le ferait avec n’importe quelle autre console de salon.

En parlant de câble, j’ai justement une crainte, et pas des moindres. La Wii et la Wii U étaient toutes deux dépourvues de port Ethernet. Cependant, un accessoire se connectant à un port USB situé à l’arrière de la console permettait de l’ajouter. Ici, je crains que le dock de la Switch ne soit pas et ne puisse pas être équipé d’un port Ethernet, afin que les parties en ligne ne soient pas interrompues lors du passage d’un écran à l’autre. J’espère que Nintendo a pensé à une solution pour ça.

Un des principaux avantages de la Nintendo Switch selon moi est qu’en plus d’être à la fois une console de salon et une console portable, elle permet de cumuler le meilleur des deux mondes. Ainsi, il est possible de jouer en déplacement avec une manette, en posant par exemple la tablette sur une table. Ca permet de s’affranchir de l’importante distance entre les deux mains souvent imposée par les consoles portables et qui m’a d’ailleurs très ennuyé sur les jeux Wii U qui imposaient l’utilisation du Gamepad. La Switch sera vraiment une console portable pratique, et une console de salon intéressante, si le succès est au rendez-vous.

Des contraintes pour les développeurs

C’est apparemment la mode : imposer des contraintes aux développeurs. Ainsi, ceux-ci ne pourront pas profiter pleinement de la puissance supplémentaire d’une Xbox One Scorpio ou même d’une PS4 Pro, puisque tous les jeux doivent tourner sur tous les modèles d’une même famille de console, mais j’y reviendrai dans un prochain article. Une contrainte différente s’appliquera à la Nintendo Switch puisque, même si ça n’a pas encore été annoncé officiellement, son écran sera très probablement tactile. Cependant, et même si Nintendo ne s’opposera probablement pas à la sortie d’une application de dessin utilisable exclusivement sur la tablette, tous les jeux devront être jouables à la fois en mode nomade et sur le téléviseur, et donc l’utilisation de l’écran tactile devra être facultative. Ainsi, les développeurs désireux de faire usage dudit écran tactile devront s’assurer que leur jeu est également pleinement jouable de manière traditionnelle, à la manette. C’est une contrainte pour les développeurs, mais pour le joueur, c’est un gros plus.

Je vais prendre un autre exemple, et même parler d’un jeu qui n’a pas été annoncé mais pour lequel sa sortie ne fait aucun doute pour ma part. Nous ne savons pas si des accéléromètres équiperont les Joy-Con, c’est à dire les deux mini manettes qui se clipsent de part et d’autre de la tablette, et il est même très probable que ce ne soit pas le cas. Dans tous les cas, les jeux pourront être joués de manière classique, et ça tombe bien pour moi qui n’ai jamais lancé le dernier Zelda de la Wii à cause de la Wiimote, qui m’avait d’ailleurs fait abandonner Twilight Princess en cours de route à l’époque. Nintendo peut ne pas commenter les rumeurs et spéculations, mais la sortie de The Legend of Zelda : Skyward Sword HD quelque part entre Breath of the Wild et le prochain Zelda inédit en 3D est une évidence, et puisqu’il sera jouable de manière plus conventionnelle, et qu’en plus de ça il sera transportable, je serai au rendez-vous.

Dans sa vidéo de présentation, Nintendo a volontairement mis de côté l’aspect familial de la console, afin de récupérer les gamers ayant déserté ses machines. C’est pourquoi il n’y a aucune information quant à la présence ou non d’accéléromètres et d’un écran tactile. Pour ce dernier, il est plus que probable qu’il soit présent, et nous aurons la réponse définitive lors du Nintendo Direct du 13 janvier 2017.

Le concept même de la Nintendo Switch, basé sur un seul écran, rajoute également une autre contrainte : impossible de proposer des jeux DS ou 3DS tels quels sur l’eShop, dans la catégorie Virtual Console. Ca embêtera les éditeurs tiers, mais aussi Nintendo qui auront donc une source de revenus en moins. Toutefois, certains titres n’avaient pas nécessairement besoin de deux écrans ni d’un écran tactile et pourraient facilement être adaptés pour être proposés sur Nintendo Switch. Personnellement, j’aimerais bien avoir la trilogie Zero Escape sur Switch, et la récente annonce de portage des deux premiers épisodes sur PlayStation 4 m’apporte une petite lueur d’espoir.

La « démo technique » du lancement

Depuis la sortie de la Wii, Nintendo a pour habitude de sortir un jeu qui fait office de « démo technique » pour sa console. Ainsi, la machine précitée était, en dehors du Japon, vendue avec Wii Sports à son lancement. À l’achat d’une seconde manette (Wiimote), le joueur recevait Wii Play. Ces deux compilations permettaient de se familiariser avec la nouvelle façon de jouer de la Wii. Pour la Wii U, c’est Nintendo Land qui a tenu ce rôle de « démo technique », bien que le titre n’ait jamais été vendu de force avec la machine.

Pour la Nintendo Switch, c’est un peu plus compliqué. Elle n’apporte pas vraiment de nouvelle façon de jouer, mais rassemble deux utilisations différentes en un seul appareil. Tout le monde sait ce qu’est une console de salon, et tout le monde sait ce qu’est une console portable. En achetant la machine, personne ne découvrira une chose nouvelle. De plus, la possibilité de jouer directement sur l’écran de la console ou sur le téléviseur est un choix laissé à tout instant au joueur. Le passage d’un écran à l’autre ne peut donc pas devenir une mécanique de gameplay.

La seule chose plus ou moins inédite, c’est le fait de pouvoir jouer à deux out of the box, avec chacun un Joy-Con, et je ne serais pas surpris que Nintendo sorte une compilation de petits jeux exploitant cette possibilité. Mieux encore, un WarioWare dans le line-up de lancement de la console se prêterait très bien à ce rôle d’outil de démonstration de la console, et ce fut d’ailleurs un jeu du lancement de la première DS qui exploitait très bien l’écran tactile et le micro de cette dernière.

Fonctionnalités de jeu multijoueur

Si le constructeur veut être pris au sérieux par les gamers, Nintendo doit se mettre à jour au niveau du jeu en ligne, notamment en proposant une messagerie privée, un chat vocal de groupe, ainsi qu’un système d’invitations moins bancal, que ce soit pour inviter les joueurs à rejoindre une partie ou les ajouter à notre liste d’amis. Nul doute que le jeu en ligne restera gratuit chez Nintendo, du moins pour cette génération.

Fonctions sociales

Présente dès le départ sur la Wii U, et arrivée via une mise à jour sur les consoles de la famille Nintendo 3DS, la plate-forme Miiverse fera probablement son grand retour, tout comme le StreetPass d’ailleurs. Nous attendons de Nintendo que la Switch offre la possibilité de diffuser ses parties sur Twitch, voire sur d’autres plate-formes telles que Hitbox. La prise de captures d’écran et l’enregistrement d’extraits vidéo seraient aussi très appréciés. Bien qu’il ne s’agisse pas véritablement de fonctions sociales, il me semble également indispensable que des applications comme YouTube ou Netflix soient disponibles sur Nintendo Switch. Un lecteur multimédia serait également apprécié, mais est dispensable.

Les « jeux de consoles de salon » enfin transportables…

Ca a fait vendre des PSP à son lancement. Un « vrai » Grand Theft Auto moderne, du moins pour l’époque, enfin dans la poche. Fini la vue du dessus si on veut jouer ailleurs que sur un téléviseur ou un PC. Fini de se contenter d’un jeu typé « portable » sur une console portable. La prouesse technique impressionnait, et envoyait du rêve. C’est une chose à laquelle Nintendo souhaite revenir et le constructeur japonais nous l’a bien montré lorsqu’on a vu The Elder Scrolls V : Skyrim dans la vidéo d’annonce de la Nintendo Switch. Bien sûr, Bethesda a déclaré par la suite qu’ils développeraient sur Switch mais qu’aucun titre spécifique n’était annoncé actuellement, cependant l’idée nous fait rêver et nous montre que Nintendo a la volonté d’attirer les éditeurs tiers et de proposer des titres plus matures sur sa machine hybride.

Dès le lancement de la console, The Legend of Zelda : Breath of the Wild sera disponible et sera donc le premier Zelda en 3D jouable à la maison comme en déplacement dès sa sortie, sans avoir à attendre des années pour qu’il sorte sur console portable comme ce fut le cas avec Ocarina of Time sorti en 1998 sur Nintendo 64 et en 2011 sur Nintendo 3DS. D’autres licences pourraient être enfin disponibles sur support nomade grâce à la Switch, comme Splatoon ou encore un potentiel Pikmin 4. Je rêve également depuis longtemps que Nintendo se décide enfin à offrir à Waluigi son propre univers, son propre jeu. Je pense que je peux continuer de rêver…

En théorie donc, tous les jeux seront jouables en déplacement, ou sur le téléviseur. Aucune restriction ne pourra s’appliquer à ce niveau, du moins au niveau de la console en elle-même. Bien sûr, il sera impossible de jouer à un jeu de danse dans un espace restreint, et ce qu’importe l’écran utilisé. Dans le cas d’un Super Smash Bros par exemple, le mode Smash à huit disponible dans le quatrième épisode dans sa version Wii U mais pas dans sa version 3DS pourrait faire son retour sur Switch. Il suffirait de ne rendre ce mode disponible que si les huit joueurs jouent sur une même console. Ainsi, Nintendo respecterait sa propre politique, mais ce sont les joueurs eux-même qui décideraient de ne pas faire usage de ce mode en déplacement, constatant la difficulté d’être à plus de trois joueurs devant le même petit écran.

En tout cas, j’espère que peu de monde aura la brillante idée de jouer à Let’s Sing dans le train…

… et les « jeux de consoles portables » enfin sur grand écran

Vous aimez les jeux Zelda avec vue aérienne, mais vous n’aimez pas les consoles portables. J’imagine votre frustration. Avec la Switch, c’est simple : soit Nintendo ne sort plus de Zelda au gameplay 2D, soit ils continuent à en développer et ils seront jouables aussi bien sur grand écran qu’en déplacement. J’espère quand même qu’il y en aura, car les deux doivent coexister au même titre que les Mario au gameplay 2D ou 3D. Les épisodes principaux de Pokémon débarqueront enfin sur grand écran. Fini de devoir acheter un titre spécifique ne servant qu’à afficher des combats en 3D sur le téléviseur, vous pourrez jouer directement sur une télé et ça facilitera grandement la diffusion de duels, lors de tournois par exemple. D’autres séries, comme Nintendogs, pourraient également faire leur première apparition sur console de salon. Personnellement, je souhaiterais un retour de la série Advance Wars qui, bien que née sous le nom Famicom Wars, a conservé son nom de l’ère Game Boy Advance lors de son passage à la Nintendo DS.

Portages et remastérisations

Nintendo ne va pas inonder sa console de jeux remastérisés comme Sony l’a fait durant le début de vie de sa PS3 Remastered PS4. Néanmoins, il est certain que divers titres seront portés, remastérisés ou sortiront dans une version améliorée sur la Switch. J’ai déjà parlé de l’inévitable The Legend of Zelda : Skyward Sword HD, mais des rumeurs font état d’un portage amélioré de Super Smash Bros. for Wii U, incluant tous les personnages et terrains sortis en DLC, les terrains de Super Smash Bros. for 3DS, et même le retour d’un ancien personnage : Ice Climbers. Il a été dit par le passé que l’absence de ce personnage dans le quatrième volet, c’est à dire les versions Wii U et 3DS, était dû au mode Smash à huit présent sur Wii U. Le jeu aurait subit des ralentissements si les huit joueurs utiisaient chacun Ice Climbers qui, pour rappel, est composé de deux esquimaux (ceux qui vivent dans des igloos hein, pas ceux qui se mangent). Sur Switch, l’utilisation simultanée de huit exemplaires de ce personnage ne poserait pas de souci. Ces rumeurs me semblent plausibles, et ça permettrait à Nintendo de faire des économies sur le développement du jeu et de pouvoir le sortir rapidement, voire directement à la sortie de la console. Et puis, ça ne les empêcherait pas de travailler sur un cinquième opus et le sortir plusieurs années plus tard sur la même machine, s’ils le souhaient.

Super Mario Maker  venant tout juste d’être annoncé sur Nintendo 3DS, il ne sortira probablement pas tout de suite sur Nintendo Switch. Il faut tout de même s’attendre à ce qu’une nouvelle version sorte sur celle-ci en 2018, ou 2019 tout au plus. Elle comporterait quelques nouveaux outils, et supporterait évidemment encore plus d’Amiibo. Je souhaite que Nintendo sorte plus tard une « suite » permettant de créer des niveaux en 3D, avec au choix le style graphique rétro de Super Mario 64, ou celui, plus « propre », des épisodes suivants. Je doute malheureusement que ce voeu s’exauce, du moins pour le moment.

Splatoon devrait également avoir droit à une version améliorée sur Switch, et les deux premiers Bayonetta pourraient être remastérisés en prévision de la sortie d’un troisième épisode. Depuis le temps que le public les réclame, Super Mario Sunshine HD et Super Mario Galaxy Collection pourraient finir par sortir.

Avec Final Fantasy X/X-2 HD Remaster, Square Enix a réussi le pari de vendre un portage PS4 d’un portage PS3 de deux jeux PS2. Récemment, ce même éditeur a annoncé qu’en mars, la PS4 recevra Kingdom Hearts 1.5+2.5 HD ReMiX, qui regroupe simplement deux compilations déjà sorties sur PlayStation 3. Si le public répond présent, il n’y a pas de raison pour que Nintendo n’en profite pas, et les Zelda déjà remastérisés sur Wii U que sont Wind Waker HD et Twilight Princess HD pourraient finir par rejoindre le catalogue de la Switch. Ocarina of Time et Majora’s Mask ont également eu droit chacun à un remake, mais exclusivement sur console portable, la Nintendo 3DS. Avec Breath of the Wild et un tout nouvel épisode quelques années plus tard, Nintendo pourrait sortir un Zelda par an en plaçant des portages et remakes entre les jeux inédits.

Enfin, la dernière grosse sortie de la Wii U en attendant Zelda, Paper Mario : Color Splash, risque aussi d’être portée sur Nintendo Switch afin d’être plus rentable.

Le cross-buy est obsolète

Avoir le même jeu sur console de salon et sur console portable, c’était déjà faisable avant avec la PSVita et une PS3 ou PS4, mais c’était limité à quelques titres et, surtout, il fallait posséder deux machines pour en profiter. Nintendo a d’ailleurs expérimenté la chose avec Mario vs Donkey Kong : Tipping Stars qu’il ne fallait payer qu’une seule fois pour le posséder sur Wii U et sur 3DS. Avec la Nintendo Switch, non seulement tous les jeux seront jouables en transport et sur la télé en ne les achetant qu’une seule fois, mais en plus ça fonctionne également avec les jeux sur support physique, et pour couronner le tout, il n’y a qu’une seule console à acheter.

La Switch ne se contente pas de ridiculiser le cross-buy, elle fait passer la PlayStation TV pour une plus grosse blague qu’elle ne l’était déjà. Pour rappel, la PlayStation TV (PSVita TV au Japon) est une console permettant, en théorie, de jouer aux jeux PSVita, aussi bien dématérialisés que sur support physique, sur grand écran. Les jeux se jouent avec une manette DualShock 3 (je suppose que les vieilles manettes Sixaxis sont également supportées) ou DualShock 4, non fournie. Dans les faits, seule une infime partie des jeux PSVita sont compatibles avec la PSTV et du coup, l’appareil sert surtout à lancer les jeux PSP dématérialisés (minis inclus) ainsi que les PSone Classics du PlayStation Store.

Ce 20 octobre 2016, Nintendo a piétiné ce qu’il restait des cendres de la défunte PSVita.

La présentation du 13 janvier

C’est donc le 13 janvier 2017 que Nintendo détaillera sa console. Les bundles, les premiers accessoires officiels, les prix, le line-up du lancement, la fiche technique : le voile va enfin être levé sur la Nintendo Switch. Bien qu’aucune durée n’a été précisée, il est fort possible que la présentation dure trente minutes.  Nul doute que cinq bonnes minutes seront consacrées à The Legend of Zelda : Breath of the Wild, fer de lance de la Switch et chant du signe pour la Wii U. D’ailleurs, cette situation s’est déjà présentée par le passé, avec la sortie simultanée de The Legend of Zelda : Twilight Princess sur GameCube et Wii. D’autres jeux Nintendo devraient être montrés, comme le Mario et le Mario Kart qui ont été aperçu dans la vidéo publiée le 20 octobre. Le portage de Super Smash Bros. for Wii U / 3DS pourrait être annoncé, tout comme la sortie de Pokémon Lune et Pokémon Soleil sur Nintendo Switch. Un nouveau WarioWare sera sans doute annoncé et, avec un peu de chance, Bayonetta 3 sera teasé durant le Nintendo Direct.

Du côté des éditeurs tiers, divers jeux déjà annoncés sur d’autres supports seront très probablement confirmés sur Nintendo Switch, à commencer par Sonic Mania. L’autre nouveau jeu Sonic, déjà confirmé sur Nintendo Switch ainsi que sur Windows, PlayStation 4 et Xbox One et actuellement connu sous le nom Project Sonic 2017, pourrait aussi se montrer plus en détail et peut-être révéler son nom définitif qui, je pense, sera Sonic Generations 2. Le portage de The Elder Scrolls V : Skyrim pourrait être officialisé, malgré les récentes déclarations de Bethesda selon lesquelles aucun titre spécifique de l’éditeur n’était officialisé sur Switch actuellement.

Récemment annoncé pour mars sur Nintendo 3DS, Monster Hunter XX aura probablement droit à une sortie sur Nintendo Switch. Nintendo pourrait aussi officialiser la fin de l’exclusivité console pour la PlayStation 4 sur le jeu Street Fighter V. Celle-ci a déjà été teasée par Yoshinori Ono lui-même, et le titre aura un an en février. Si le jeu arrivait sur Switch, ça serait un drôle de retour de bâton pour Sony. Au lieu de dépenser de l’argent pour financer le développement d’une version PSVita de Ultra Street Fighter IV et de Street Fighter V, Sony a préféré le dépenser pour que ces jeux ne sortent pas sur Xbox One. Ayant possédé Street Fighter X Tekken sur PSVita, je peux assurer que ce type de jeu est très agréable à jouer sur la dernière console portable de Sony et que je n’aurais pas revendu la machine pour une bouchée de pain si au moins Ultra Street Fighter IV était sorti dessus. Une sortie de Street Fighter V sur Nintendo Switch serait donc la première version portable du titre, à l’exception peut-être de la version PC, pouvant tourner sur un ordinateur portable.

 

Nintendo pourrait aussi avoir l’honneur de présenter des titres multisupports en avant première. Je pense à un nouveau Rayman, utilisant le même moteur que Rayman Origins et Rayman Legends, mais aussi au nouveau Beyond Good & Evil, titre sur lequel des rumeurs circulant parlent justement d’une exclusivité pour la Nintendo Switch. Si exclusivité sur ce titre il y a, je doute fortement qu’elle soit définitive.

Même si le jeu en ligne restera certainement gratuit, je ne serais pas surpris qu’un abonnement soit évoqué. Il pourrait s’agir d’une offre semblable au PlayStation Plus de l’époque de la PS3, ou d’une sorte de Netflix du jeu-vidéo, donnant accès à un catalogue de jeu un peu comme EA Access sur Xbox One et Origin Access sur PC, mais qui serait plutôt orienté vers les jeux rétro (Virtual Console).

Enfin, Nintendo devra montrer qu’ils soutiennent les développeurs indépendants en présentant quelques indies à paraître sur Nintendo Switch, dont sans doute l’excellent Inside.

Wait and see…

Si la Nintendo Switch est un succès commercial, je ne serais pas surpris que d’ici deux ou trois ans, Nintendo annonce une Switch Pocket, ayant les mêmes capacités et utilisant les mêmes jeux, mais qui serait, elle, exclusivement portable, et aurait une meilleure autonomie de batterie. Les membres de la familles pourraient  alors posséder chacun leur machine, à transporter.

Divers accessoires sont évidemment à attendre, que ce soit de la part de Nintendo ou de la part d’autres compagnies. Je pense à des « Joy-Con » alternatif, mais également des micros de chant, des sticks arcade et, évidemment, l’habituelle flopée de housses de protection plus ou moins belles. Je ne suis pas fan des accessoires de protection, mais j’achèterai évidemment les indispensables petits boîtiers transparents pour transporter les cartouches plus facilement sans les abîmer. C’est peut-être une habitude liée au fait que j’ai connu la première Game Boy en noir et blanc dont les jeux étaient systématiquement accompagnés d’un boîtier de protection.

Le lancement, réussi ou non, de la Nintendo Switch en mars 2017 nous permettra de voir si la Switch a potentiellement un meilleur avenir que la Wii U dont les ventes n’ont jamais vraiment décollé. Nintendo a fait le choix de s’adresser aux gamers en premier lieu dans la vidéo d’annonce de leur nouvelle console. C’est un choix très intelligent car ce sont eux qui suivent de près l’actualité jeux-vidéo et ont vu la vidéo dans les minutes qui ont suivi sa publication. L’avenir nous dira si ce choix a été payant.