Quel avenir pour Nintendo ?

Pour commencer, je tiens à préciser que je ne suis nullement anti-Nintendo. Il est vrai qu’un tel article pourrait le laisser penser, d’autant plus que l’article concernant mes prévisions pour l’E3 était commun à Nintendo et aux éditeurs tiers, alors que Microsoft et Sony ont chacun eu un article dédié, et plus long. Je n’ai fait ce choix que parce que je manquais de temps et qu’un tel article serait inutile s’il était publié après la conférence en question.

Comme vous êtes sans doute au courant, Nintendo n’est pas au mieux de sa forme. Leader incontesté sur le marché des consoles portables, le constructeur japonais a du mal à imposer sa Wii U dans les salons, et ce n’est pas la maigre place laissée à cette machine dans la conférence préenregistrée de l’E3 qui me fera dire le contraire. Alors certes, les consoles portables continuent à se vendre comme des petits pains, mais force est de constater que Nintendo peut être plus facilement considéré comme un vendeur de DLC déguisés figurines Amiibo que de consoles de salon.

Les raisons de l’échec de la Wii U

Étonnamment, l’une des principales raisons de l’échec de la Wii U pourrait être l’immense succès de la Wii. Bien que ce ne soit pas vraiment exact, on pourrait qualifier la Wii de console que tout le monde possède mais avec laquelle personne ne joue. Beaucoup de monde l’a achetée, pour la ranger au placard peu de temps après. Pour preuve, la console de loin la plus vendue de la génération précédente est également celle qui a eu le cycle de vie le plus court. Alors que des jeux sont toujours prévue sur la veille Xbox 360 sortie fin 2005, la Wii sortie un an plus tard est déjà enterrée depuis pas mal de temps et Skylanders : Superchargers Racing est le seul jeu prévu dessus pour cette fin d’année. Même les jeux sortant sur tous les supports possibles et imaginables, comme les jeux Lego pour ne citer qu’eux, font l’impasse sur ce support.

Ensuite, Nintendo n’a pas su directement faire comprendre que la Wii U était une nouvelle console et non un énième accessoire pour la Wii. Certes, la simple vue des images de jeux suffit à n’importe quel humain doté d’un cerveau plus ou moins fonctionnel pour constater qu’il est impossible que le jeu montré tourne sur la console sortie en décembre 2006, mais il ne faut pas oublier que le consommateur lambda est lui, malheureusement, archi-con. La Wii U avait pourtant l’avantage d’être la seule console rétrocompatible nativement à son lancement, puisque la rétrocompatibilité de la Xbox One est arrivée il y a moins d’un mois pour les utilisateurs des firmwares Beta (Update Preview) et n’arrivera que plus tard pour la majorité des joueurs. Elle permettait aussi de récupérer ses anciens accessoires, tels que les Wiimote, ce qui n’est pas possible avec une PlayStation 4 ou une Xbox One. L’investissement pouvait donc être légèrement amorti par la revente de l’ancienne console, d’une manette, et de jeux auxquels l’utilisateur ne tenait pas forcément.

Enfin, la Wii U restait pour beaucoup une console secondaire, y compris par rapport aux vieilles machines que sont la PlayStation 3 et la Xbox 360. Pour avoir pu tester la version Wii U de Batman : Arkham City, jouable uniquement au Gamepad, je peux assurer que la manette Xbox 360 m’a rapidement manqué. Le fait de devoir impérativement utiliser le Gamepad dans des jeux qui ne l’exploitent pas pleinement est un réel handicap, et ce n’est pas réservé aux jeux des éditeurs tiers. À son lancement, New Super Mario Bros. U était jouable au Gamepad ou à la Wiimote. Il a fallut attendre plusieurs semaines pour qu’une mise à jour nous permette de bénéficier du confort du Pro Controller. Rajoutons à cela la différence de graphismes entre la Wii U et une PS4 ou Xbox One, et il ne fait aucun doute qu’une écrasante majorité des joueurs possédant plusieurs consoles ne prennent pas les jeux multisupports sur Wii U. Les menus de la Wii U ont également de nombreuses lenteurs, et la machine est complètement à la ramasse au niveau des fonctionnalités de jeu en ligne, mais j’y reviendrai par après.

Et la Nintendo NX ?

Ce n’est plus un secret, Nintendo prépare une nouvelle machine. Ils veulent garder le secret le plus longtemps possible sur ce qu’elle est réellement, afin d’éviter que la concurrence s’en inspire. Il faut rappeler que Sony s’est spécialisé dans la copie des idées de Nintendo. Qu’il s’agisse de la Wiimote imitée par le PlayStation Move, ou encore de la Wii U en elle-même singée par le combo PlayStation 4 et PSVita, Nous pouvons en dire de même pour l’Avatar des plate-formes Xbox, semblable à un Mii et qui, même si c’était réellement un projet « resté dans les cartons », ce dont je doute, est de toute façon sorti suite au succès inattendu de la WiiNintendo est inévitablement une source d’inspiration pour la concurrence et une présentation anticipée de leur machine permettrait à Sony et Microsoft de s’inspirer de leurs idées. Si inspiration il doit y avoir, nous pouvons en déduire que cette fameuse NX sera différente de ce que la concurrence fait actuellement, ce qui tombe assez bien…

Nintendo ne peut clairement pas faire une console « similaire » aux deux autres. Premièrement car à prix et caractéristiques identiques, le grand public se ruerait inévitablement sur la machine estampillée PlayStation. De plus, leur console fera face à des machines ayant dans le meilleur des cas trois ans d’âge, dans le cas d’une sortie fin 2016, et une ludothèque déjà suffisamment intéressante. Le catalogue faiblard de la console fraîchement sortie devrait être compensé par un prix attractif et donc une possible vente à perte, chose que Nintendo ne peut pas se permettre. Ils doivent donc se démarquer autrement.

Le plus gros manque de Nintendo, sur consoles de salon du moins, est le support des éditeurs tiers. Bien sûr, les opportunistes se rueront sur les nouvelles fonctionnalités de la console pour sortir un party game pourri, et d’autres jeux de merde. Bien sûr qu’Activision continuera à sortir ses adaptations foireuses de films d’animation sur les machines Nintendo. Au delà de ça, il ne faut pas, en l’état du moins, espérer voir un Burnout, un Borderlands, un The Elder Scrolls ou un Grand Theft Auto sur console de salon Nintendo. Par contre, la Nintendo 3DS a le soutien de pratiquement chaque éditeur, et a même droit à des adaptations de jeux PlayStation 2 au détriment d’une PSVita qui, n’en déplaise à certains, est bel et bien abandonnée par Sony. De nombreux RPG sortent sur les consoles portables de Nintendo, et le seul genre mainstream sous représenté est le FPS. Nintendo écrase sans aucun doute le marché des consoles portables et doit attirer les éditeurs qui répondent déjà présent sur 3DS vers leur prochaine console de salon.

La meilleure chose que Nintendo pourrait faire, selon moi, serait profiter du succès de ses consoles portables et le transposer aux consoles de salon. Le moyen le plus efficace, toujours selon moi, serait que la manette de la nouvelle console de salon ne soit rien d’autre qu’une console portable, qui partagerait son SDK (kit de développement) avec la console de salon. Contrairement à l’actuel Gamepad, ce serait un bel engin ne ressemblant pas à un jouet VTech, et qui pourrait fonctionner de manière tout à fait autonome. De plus, quatre « consoles-manettes » seraient supportées par la console, contre un Gamepad auquel peuvent s’ajouter quatre manettes sans écran pour la Wii U. Nintendo ayant commencé à ressortir d’anciens épisodes de The Legend of Zelda, ce serait l’occasion pour eux de sortir une version HD de Four Swords Adventures, sorti auparavant sur Nintendo GameCube. Tout ceci collerait avec une ancienne rumeur, selon laquelle Nintendo préparerait une machine « Fusion Terminal » et une « Fusion DS » qui communiqueraient entre elles. De plus, le nom de code NX pourrait signifier Nintendo Cross (croix en français, représentée par un X), pour cross-platforms. Qu’importe sa signification, ni celle-ci, ni le nom de code ne seront le nom définitif de la machine.

Un tel projet aurait cependant un gros problème : le prix de l’équipement. Nintendo a su donner l’illusion que la Wii était pas chère, car le consommateur lambda ne réfléchit pas en suffisance pour se rendre compte que s’équiper pour jouer à tous les jeux dits « normaux », c’est à dire sans compter les Guitar Hero, jeux de karaoké, et compagnie, – revient à 80€ par joueur supplémentaire en cumulant le prix de la Wiimote, du Nunchuk, et de la manette classique. Le fait qu’une console portable soit nécessaire pourrait être un frein à l’achat, mais il y a une solution à ça, que j’expose plus bas. Cette nouvelle machine pourrait donc réellement « coûter » 150 dollars à la vente, mais être obligatoirement vendue en bundle avec une console portable pour un total avoisinant les 300 dollars.

Cette idée de console « hybride » peut sembler un peu folle, mais elle justifierait le fait que Nintendo ait annoncé qu’à la sortie de leur nouvelle console de salon, ils continueraient de supporter la Wii U… et la 3DS. Préciser qu’une console portable ne sera pas abandonnée après la sortie d’une console de salon est en effet assez étrange. Il ne serait d’ailleurs pas impossible que la manette de la NX ne soit rien d’autre qu’une… New 3DS. Ainsi, Nintendo réussirait à inciter les possesseurs actuels d’une New 3DS à s’acheter la NX, avec comme argument qu’ils seraient immédiatement équipés pour jouer à deux puisque le bundle inclut également une console portable.

Une autre possibilité serait que la manette de la NX fasse également office de console portable mais n’en soit pas une à proprement parler. Une manette avec un écran, et un mode autonome pouvant faire tourner les jeux Virtual Console et certains jeux indépendants sans nécessiter la console, ce serait un premier test avant de passer au vrai format hybride pour la génération suivante.

Des lacunes à corriger

Pour revenir dans la course, Nintendo doit corriger de nombreuses lacunes. La première est sans conteste le Nintendo Network. Sans chat de groupe comme sur Xbox 360, Xbox One et PlayStation 4, l’expérience de jeu en ligne est beaucoup moins agréable. Le Nintendo Network devra rester gratuit, pour se différencier des autres services. De même, il n’y a pas de système d’invitation à un jeu alors que même la Xbox 360 et la PlayStation 3 le proposaient. De plus, les menus de la console sont très lents. Accéder aux notifications demande un certain temps, alors que par définition c’est une chose à laquelle le joueur devrait pouvoir accéder instantanément. Nintendo se doit également de proposer un espace de stockage décent sur sa future console s’ils veulent réussir à vendre plus de contenus téléchargeables. Les 500 Go des premiers modèles de PS4 et de Xbox One sont déjà très maigres, et Microsoft et Sony auraient dû proposer immédiatement un modèle 1 To. Si Nintendo conserve le même format de disque qu’avec la Wii U, et donc si de nouveau aucune installation n’est requise, ils pourraient s’en sortir avec deux modèles de respectivement 120 et 250 Go. Le concept du Miiverse, lui, est très ingénieux, et une grosse amélioration de celui-ci pourrait être un gros plus pour leur nouvelle console.

Nintendo, futur éditeur third party ?

Pour conclure, Nintendo est un acteur majeur du jeu-vidéo. C’est une marque qui restera à jamais dans les mémoires, quoi qu’il advienne. Leurs licences fortes sont en général très bonnes, quoi qu’en disent les haters, et resteront dans les mémoires. Nintendo doit continuer à faire des consoles, et ne pas devenir un éditeur third party comme Sega. Si l’idée de jouer à un Smash Bros avec une manette Xbox One ou mieux encore (Xbox « 4 » ?) me plaît, celle de voir des combattants exclusifs aux différentes consoles serait pour moi un cauchemar. De plus, et c’est mon avis personnel, il est très probable qu’une entreprise n’attend que la disparition d’un des trois constructeurs pour occuper la place ainsi libérée et (re)venir sur ce marché, entourée cette fois d’une horde de fanboys. Si les protections (connexion permanente et DRM) prévues initialement pour la Xbox One et – quoi qu’en dise Sony – la PlayStation 4 étaient annoncées par Apple, les utilisateurs considèreraient que c’est une « révolution » et le marché des consoles perdrait beaucoup de son intérêt.